Eliza Bennett, une artiste engagée…

woman work tissus

Tape m’en 5 !

Eliza Bennett, une artiste Londonienne, n’a pas hésité à coudre sa propre main pour son art. Son œuvre, « A woman’s work is never done », en français « le travail d’une femme n’est jamais terminé », choquera certainement les âmes sensibles. L’artiste utilise ici sa propre main comme un matériau de base et coud des fils de tissus dans la peau de sa main. En effet, elle considère sa main comme une toile en y brodant des fils multicolores avec l’aide d’une aiguille qu’elle passe et repasse dans la couche supérieure de sa peau.

Mais pourquoi ?

Ceux qui pensent qu’Eliza à l’attention de devenir la première peluche vivante au monde ont tort. Par ses photographies, l’artiste souhaite contester la notion préconçue que le travail des femmes est plus facile et moins usant. Ses travaux visent à représenter les effets néfastes d’un dur labeur découlant des emplois précaires. Des jobs que l’on peut trouver dans la restauration, le nettoyage ou dans les soins et que l’on considère traditionnellement comme un travail d’une femme. Au-delà d’une manifestation féministe, Eliza présente son ouvrage comme une ode à l’humanité.

eliza bennet

main tissustissu woman workPhotos : http://www.elizabennett.co.uk/

Pour ceux qui se demandent, Eliza Bennett n’a pas souffert pour réaliser sa tâche, elle n’a ressenti qu’un léger inconfort. Mais ce n’est pas une raison pour reproduire cela chez vous ! Pour plus d’informations et d’images, n’hésitez pas à aller consulter son site internet ici.

Parce qu'on aime partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn
One Comment

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *